search
PUBLIER

Actu ✦ Politique Point de vue

L'Afrique "brûle" et nous regardons ailleurs

Posté par Christian Gambotti, le 4 mars 2024


 

Par le Pr Christian Gambotti - Agrégé de l’Université, Président du think tank Afrique & Partage, Président du CERAD (Centre d’Études et de Recherches sur l’Afrique de Demain), Directeur général de l’Université de l’Atlantique (Abidjan), Chroniqueur, essayiste, politologue. Contact email : cg@afriquepartage.org


Maîtriser les « incendies » qui menacent l’Afrique

"Notre maison brûle et nous regardons ailleurs" (1) : cette phrase culte, désormais gravée dans l’Histoire, avait été prononcée par Jacques Chirac, l’ancien président de la République française, lors du IVe sommet de la Terre, en 2002. En reprenant cette phrase pour évoquer de façon métaphorique la situation actuelle de l’Afrique, j’ai voulu dire qu’il est temps pour l’Occident de déciller ses yeux afin de regarder en face la réalité de ce continent-monde sans passer par les grilles de lecture qui sont imposées par le FMI, la Banque mondiale et l’Aide Publique au Développement. L’Afrique n’a pas besoin de prêts que 80 % des Etats africains ne pourront pas rembourser. Elle n’a pas besoin d’une Aide Publique au Développement (APD) fléchée par les donateurs. Après le fardeau de la colonisation, le fardeau de l’histoire postcoloniale, le fardeau des programmes d’ajustement structurel imposés par le FMI et la Banque mondiale, le fardeau de l’endettement actuel, notamment le piège de la dette chinoise, voici que surgit le fardeau des enjeux géopolitiques et géostratégiques d’un monde devenue multipolaire. Si l’Afrique « brûle », c’est que s’allument aujourd’hui partout sur le continent des « incendies » qui retardent son développement.

"L’incendie politique" avec le retour d’une instabilité chronique. On croyait que l’Afrique avait trouvé le chemin d’une plus grande stabilité politique. Or, on assiste depuis deux ans, en Afrique de l’Ouest, à la multiplication des coups d’Etat militaires (Mali, Guinée Conakry, Burkina Faso, Niger) et aux tentatives de coup d’Etat (Guinée Bissau). Le Sénégal, exemple parfait d’une grande stabilité avec des transitions démocratiques réussies, s’engage dans une mauvaise spirale insurrectionnelle provoquée par la décision de Macky Sall de reporter l’élection présidentielle. Autres signes de l’instabilité politique : les guerres oubliées dont on ne parle jamais (guerres civiles au Soudan, au Nigéria, en Somalie ; guerre en Erythrée et dans l’Est de la RDC ; guerres liées à la menace du terrorisme islamiste au Sahel, etc.). Trois raisons expliquent cette instabilité politique : une raison d’ordre historique avec la contestation des régimes installés dans un pouvoir perpétuel ; une raison d’ordre économique et social avec l’incapacité des gouvernements civils à améliorer les conditions de vie des populations et lutter contre l’insécurité; une raison d’ordre géopolitique avec l’émergence sur le sol africain d’un affrontement entre l’Occident pluriel et le Sud global.

"L’incendie géopolitique" avec le retour d’une guerre d’influence entre deux blocs comme à l’époque de la « Guerre froide ». L’invasion de l’Ukraine par la Russie a accéléré l’effondrement du vieux monde de Yalta. Le monde est devenu multipolaire, mais deux blocs s’affrontent : l’Occident avec à sa tête les Etats-Unis et le Sud global que tente de fédérer la Russie de Poutine. Devenus un formidable enjeu géopolitique et géoéconomique, les Etats africains sont sommés de choisir leur camp avec, en toile de fond, la compétition qui se jouent sur le terrain entre, d’un côté, le bloc occidental et, de l’autre, la Chine et la Russie. A l’ONU, la réticence de l'Afrique à s'aligner sur l'Occident est le révélateur de la propagation de l’incendie géopolitique qui se propage partout sur la planète. La tension géopolitique se retrouve dans la volonté des BRICS de dédollariser » l’économie mondiale en créant leurs propres institutions financières et la décision prise par le Mali, le Burkina Faso et le Niger, qui forme l’Alliance des Etats du Sahel (AES), de quitter la CEDEAO et remplacer le CFA, aujourd’hui commun aux huit pays membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), par une monnaie commune. Or, l’instrumentalisation idéologique de la monnaie souffle sur les braises de l’ « incendie financier » qui menace l’Afrique.

"L’incendie financier" ou le risque d’assèchement du financement de l’économie africaine. L’économie africaine est prise entre les insuffisances de son financement et un endettement excessif. Pour simplifier, quel est le constat que l’on peut faire ? De nombreux pays africains n’ont plus accès aux marchés internationaux depuis le printemps 2022. La Chine accorde moins de de prêts aux pays africains depuis 2020. Il existe, dans le contexte actuel, plusieurs tendances négatives : a) une baisse du financement de l’économie africaine b) un retour des conditions de financement qui augmentent fortement le coût des emprunts et le service de la dette publique c) des investissements publics et les dépenses publiques à vocation sociale (santé et éducation) qui connaissent une forte baisse d) la très forte croissance démographique et les dépenses d’urgence engendrées par les crises successives (crise sanitaire, crise climatique) qui absorbent une part importante de la croissance économique. L’Afrique s’installe dans un contexte de ralentissement des financements de son économie et risque de surendettement prononcé. Est-ce que la cooptation par le G20 de l’Union Africaine peut changer la donne ? La réponse est non, si la communauté internationale continue à enfermer l’Afrique dans un rapport de dépendance aux aides qu’elle reçoit.

"L’incendie démographique" ou les risques d’une démographie galopante. Alors que l’Afrique ne comptait que 100 millions d’individus en 1900 (7 % de la population mondiale), les Africains sont aujourd’hui 1,4 milliards. Selon les projections de l’ONU, ils seront 2,5 milliards en 2050 et 4,5 milliards en 2100 (40 % de la population mondiale). La démographie africaine va façonner le XXIè siècle, obligeant chaque Etat africain (avec des situations différentes selon les pays), le continent lui-même et la planète entière à relever de nombreux défis. Ces défis sont : la création emplois, l’accès au logement, la satisfaction des besoins primaires (santé, éducation, sécurité alimentaire) ; la maîtrise d’une urbanisation incontrôlée ; l’amélioration du cadre de vie dans un environnement préservé.

"L'incendie climatique" ou l’aggravation des risques liés la hausse des températures. Selon l’OMM (Organisation Météorologique Mondiale), « les canicules, les fortes pluies, les inondations, les cyclones tropicaux et les sécheresses persistantes ont des effets dévastateurs sur les communautés et les économies ». Le nombre de personnes menacées ou déplacées augmente sans cesse. La sécheresse et la dégradation des terres entraînent la chute de la productivité agricole Subissant plus fortement qu’ailleurs les aléas météorologiques et hydrologiques, l’Afrique n’est pas en mesure de financer l’adaptation et la lutte contre l’« incendie climatique ». Lors de la COP 28, à Dubaï, le Général Brice Clotaire Oligui Nguema, président de la transition, a dénoncé, à juste titre, l’injustice climatique qui frappe l’Afrique, indexant le déséquilibre entre le rôle essentiel que joue son pays, le Gabon, dans la lutte contre la séquestration des Gaz à Effet de Serre (GES) et ce que les Etats, confrontées à sont en droit d’attendre pour financer les besoins des besoins multiples des populations.

"L’incendie social" et les enjeux du développement économique – Sans entrer dans une analyse détaillée des causes de l’« incendie social » (j’y reviendrai dans une autre chronique), l’Afrique est en train de perdre la bataille de l’extrême pauvreté, dont l'élimination, d'ici 2030, reste un objectif hors de portée de la plupart des pays africains. Peut-on interdire à l’Afrique d’exploiter les énergies fossiles (pétrole, gaz) que son sous-sol recèle, afin d’assurer son développement économique et éteindre ainsi l’« incendie social » ? Au Gabon, le Général Brice Clotaire Oligui Nguema s’est fixé, parmi les objectifs prioritaires de son gouvernement la relance de l’industrie pétrolière aujourd’hui en déclin. Le débat sur l’exploitation des énergies fossiles en Afrique est un débat essentiel : les pays développés et les activistes d’une écologie punitive peuvent-ils demander à l'Afrique qu'elle renonce à exploiter ses énergies fossiles ? La demande n’est pas tenable au regard des besoins de financement de l’économie africaine.
________________________________
(1) Cette phrase a été suggérée à Jacques Chirac par Jean-Paul Deléage, historien des sciences de l’environnement.

À
(International)
Signaler un abus ou contacter EqCoNews
{{p.pseudo}}
Texte
Annuler ENREGISTRER


Vote de fiabilité publication

thumb_up_off_alt0
sentiment_neutral0
thumb_down_off_alt0
arrow_back

Retour à la liste

access_time

04/03/2024 à 13:02

remove_red_eye

132

{{rdo.ann_fav[309825] ? 'star' : 'star_border'}}

{{rdo.ann_fav[309825] ? 'Sortir de' : 'Dans'}} mes favoris




Christian Gambotti

view_module

Voir ses autres annonces

email

Lui envoyer un email

Message email à {{mes.dis.lst[mes.dis.sel].pfl[1].pseudo || "Christian\x20Gambotti"}} close

{{m.created | amDateFormat:'DD/MM/YYYY à HH:mm'}}

{{m.text}}

ENVOYER
Votre message a bien été envoyé à Christian Gambotti.

Connectez-vous pour contacter l'annonceur en instantané


 
 
 
navigation

L'utilisation des informations contenues dans ce site web implique l'acceptation de ses Conditions générales d'utilisation. En consultant ses pages, que ce soit en mode visiteur ou via votre session privée, vous acceptez par ailleurs l'utilisation des cookies qui s'y trouvent. Il s'agit ici exclusivement de cookies fonctionnels et d'analyse d'audience anonyme. Ils sont indispensables à la bonne marche du site et sont aussitôt activés. Ils permettent également de se souvenir des informations de login sécurisé; de se souvenir des éléments de vos sélections précédentes; d'établir des statistiques anonyme d'utilisation; d'analyser le trafic pour optimiser les fonctions du site.

Accepter