search
PUBLIER

Actu ✦ Politique Événement

Fin du Dialogue national inclusif : le chef de l’État, Brice Clotaire Oligui Nguema annonce la mise sur pied d’un comité de suivi

Posté par Yann Essabe, le 5 mai 2024


La grand’messe débutée le 2 avril 2024 au Palais des sports de Libreville a connu son dénouement mardi dernier au Palais de la Rénovation, au cours d’une cérémonie de restitution du rapport final présidée par le chef de l’État, le général de brigade Brice Clotaire Oligui Nguema.

Par Yann Essabe

« Je m’engage à mettre en place, dans les prochains jours, le Comité de suivi des conclusions du Dialogue national inclusif. Il devra travailler rapidement à établir l’Assemblée constituante de manière à ce que la nouvelle Constitution soit rédigée et soumise au référendum ». C’est l’une des résolutions phares annoncée par le chef de l’État, le général Brice Clotaire Oligui Nguema, après avoir reçu le rapport final du Dialogue national inclusif (DNI) des mains de Mgr Jean-Patrick Iba-Ba, archevêque métropolitain de Libreville, président du bureau du DNI. Le prélat, lors de son laïus, avait préalablement demandé et finalement obtenu du chef de l’État, la mise en place d’un Comité de suivi des mille résolutions proposées par les panélistes à d’Angondjé.

Ces résolutions sont regroupées au sein de trois grandes commissions (politique, économie et sociale), elles-mêmes subdivisées en plusieurs sous-commissions. Toutes se sont attelées à doter le Gabon d’un nouvel arsenal institutionnel, économique, social et politique. La lecture de ces moutures a été faite par Muriel Minkoue épouse Mintsa, ministre en charge de la Réforme des Institutions et rapporteur général du DNI, qui a brillé de mille feux dans son rôle. Aussi, pour donner sens à l’organe de suivi et de surveillance des conclusions d’Angondjé, le chef de l’État a-t-il décliné les missions qui lui seront dévolues. En clair, outre la mise en place de la Constituante, « il devra s’atteler à proposer des mécanismes pour la mise en œuvre d’un nouveau Code électoral garantissant des élections transparentes et crédibles », a-t-il recommandé.

Le rapporteur général a dévoilé certains éléments de la future politique basée sur la préférence nationale. Les candidats à la présidence devront être nés débutée père et de mère Gabonais, être Gabonais d’origine pour assumer la fonction de membre du gouvernement, être marié à un Gabonais ou une Gabonaise pour les ministères sensibles tels que l’Intérieur ou les Affaires étrangères. La charge de l’organisation des élections incombe désormais au ministère de l’Intérieur. Une politique migratoire stricte est exigée pour « stopper le flux migratoire », a encore déclaré le rapporteur général.

Sur les partis politiques, le PDG, l’ex parti au pouvoir a été particulièrement visé. En effet, si la décision de suspension concerne tous les partis, pour le Parti démocratique gabonais (PDG), le rapporteur général a annoncé des enquêtes et des poursuites à l’encontre de ses leaders, l’inéligibilité de trois ans pour ses présidents, vice-présidents, membres du bureau politique, du comité permanent et du conseil des sages. Sur la nature du régime, les commissaires ont opté pour un régime présidentiel dans la future Constitution. Ce modèle donnerait une plus large autonomie aux trois pouvoirs (exécutif, législatif, judiciaire). Les commissaires ont maintenu la durée de la Transition à deux ans.

Enfin, la présence du Pr Faustin-Archange Touadera, Président de la République de Centrafrique, par ailleurs facilitateur désigné par la Communauté économique des états de l’Afrique centrale (CEEAC) pour la Transition au Gabon, a donné un cachet particulier à cette cérémonie riche en symboles. Le facilitateur a marqué son satisfécit ce d’autant plus que le général Brice Clotaire Oligui Nguema, Président de la République, chef de l’État, a jusqu’alors respecté ses engagements prescrits dans le chronogramme de Transition porté à la conférence des chefs d’État de la CEEAC. A travers ce Dialogue national inclusif, le peuple gabonais a su démontrer «  sa maturité, son sens élevé de responsabilité et de patriotisme en posant les bases d’un Gabon nouveau, solide, solidaire et démocratique », a déclaré le président centrafricain, Pr Faustin-Archange Touadera.

À
Libreville
Du
02/05/2024
au
02/05/2024
Source
Signaler un abus ou contacter EqCoNews
{{p.pseudo}}
Texte
Annuler ENREGISTRER


Vote de fiabilité publication

100 %
thumb_up_off_alt1
sentiment_neutral0
thumb_down_off_alt0
arrow_back

Retour à la liste

access_time

05/05/2024 à 08:51

remove_red_eye

76

{{rdo.ann_fav[311674] ? 'star' : 'star_border'}}

{{rdo.ann_fav[311674] ? 'Sortir de' : 'Dans'}} mes favoris




Yann Essabe

Akanda

view_module

Voir ses autres annonces

email

Lui envoyer un email

Message email à {{mes.dis.lst[mes.dis.sel].pfl[1].pseudo || "Yann\x20Essabe"}} close

{{m.created | amDateFormat:'DD/MM/YYYY à HH:mm'}}

{{m.text}}

ENVOYER
Votre message a bien été envoyé à Yann Essabe.

Connectez-vous pour contacter l'annonceur en instantané


 
 
 
navigation

L'utilisation des informations contenues dans ce site web implique l'acceptation de ses Conditions générales d'utilisation. En consultant ses pages, que ce soit en mode visiteur ou via votre session privée, vous acceptez par ailleurs l'utilisation des cookies qui s'y trouvent. Il s'agit ici exclusivement de cookies fonctionnels et d'analyse d'audience anonyme. Ils sont indispensables à la bonne marche du site et sont aussitôt activés. Ils permettent également de se souvenir des informations de login sécurisé; de se souvenir des éléments de vos sélections précédentes; d'établir des statistiques anonyme d'utilisation; d'analyser le trafic pour optimiser les fonctions du site.

Accepter